Voilà la situation où tu es quand tu te trouves face à des crises de boulimie que tu tentes d’éviter :

Tu te sens submergée par une envie incontrôlable de manger.

C’est comme si une force extérieure venait s’emparer de ton corps pour te faire manger tout ce qu’il se trouve sur ton chemin.

Tu commences par résister quelques minutes. Mais, tu finis par craquer.

Les premières bouchées te procurent du plaisir, mais après plus rien.

Tu sens juste la nourriture traverser ta gorge et remplir ton ventre tel un ballon que l’on remplit d’eau.

Et, ce jusqu’à ce tu sois incapable de ne plus rien avaler.

Tu viens de faire une crise de boulimie.

Et, le poids de la culpabilité pèse/ vient se greffer à tes épaules.

Tu te sens impuissante … faible de ne pas avoir su éviter cette crise.

Tu te promets que cette crise sera la dernière, mais le lendemain, c’est la même rengaine..

Il est temps d’arrêter ce cercle vicieux.

C’est pourquoi, aujourd’hui je vais te montrer comment éviter les crises de boulimie.

Avant de commencer, je me dois de te faire un rappel IMPORTANT : les outils proposés dans cet article ne remplacent pas un suivi médical ou psychologique.

 » Pourquoi j’ai des crises de boulimie ?  »

Il est évident que tes crises de boulimie ne sont pas apparues par hasard dans ta vie.

C’est pourquoi, leur apparition peut, tout d’abord, s’expliquer par à un événement du passé qui te marque encore aujourd’hui. Et, qui se manifeste par des crises de boulimie.

Cela peut-être par exemple :

  • Un régime drastique commencé très jeune
  • Un événement traumatisant
  • Des moqueries subies pendant l’enfance et/ou l’adolescence.

Pour aller plus loin, je t’invite à lire mon article sur les causes de la boulimie.

La seconde raison qui peut expliquer la survenue de tes crises de boulimie au quotidien sont les situations particulières ayant pour effet de te les provoquer consciemment ou non. Ce sont les fameux  éléments déclencheurs ou facteurs déclencheurs .

Les voici :

  1. Les pensées négatives vis à vis de soi (Dégoût envers son corps, sentiment d’être nulle etc. )
  2. L’état physiologique : la faim
  3. L’état émotionnel (la solitude, l’ennui, la tristesse etc. )
  4. La présence de nourriture destinée aux crises de boulimie.

Pourquoi les éviter ?

Laisse moi te donner une liste non exhaustive des raisons qui vont te convaincre de mettre un terme à tes crises :

  • Retrouver une vie sociale épanouie,
  • Retrouver de la confiance en soi et de l’estime de soi,
  • Retrouver une relation saine avec la nourriture,
  • Reprendre le pouvoir sur ses finances.

Par exemple : Depuis que j’ai arrêté mes crises de boulimie vomitive, je gère (beaucoup) mieux mon budget course. Surtout, je parviens à épargner chaque mois.

Avant, c’était mission impossible !

C’est d’ailleurs grâce à cette meilleure gestion de mes finances que j’ai pu financer ma formation d’hypnothérapeute.

Cela étant dit, il est temps de te dévoiler la marche à suivre pour éviter tes crises de boulimie.

Voici donc comment ne pas faire de crises de boulimie

Etape 1 : Repérer les facteurs déclencheurs

Pour identifier les éléments déclencheurs, je t’invite tout d’abord à te remémorer la ou les dernières journées où tu as eu une ou plusieurs crises de boulimie.

Puis, pour chaque crise, repense aux circonstances qui l’ont précédé.

Pour t’y aider, tu peux répondre aux questions suivantes (bien entendu, cette liste n’est pas exhaustive) :

  • Est ce que tu te trouvais chez toi, au travail, en ville ?
  • Étais-tu seule ?
  • As tu entendu ou vu quelque chose de particulier ?
  • A quel moment de la journée la crise s’est déroulée ?

Ensuite, prends le temps d’analyser les émotions, les pensées, les sensations que tu as pu ressentir à ce moment là.

Ici aussi, tu peux répondre aux questions ci-dessous pour t’aider :

  • Avais-tu faim ?
  • Est-ce que tu t’ennuyais ?
  • Te sentais tu angoissée ?
  • Étais-tu triste ?
  • Avais tu ressenti un besoin irrépressible de manger ?
  • Est ce tu voyais un certain type d’aliment ?
  • Comment te sentais-tu dans ton corps ?
  • Quelle(s) pensée(s) avai(en)t tu à l’égard de toi ? Était-ce de la dévalorisation ?

Une fois que tu as détecté le ou les élément(e) déclencheur(e) de tes crises de boulimie, passe à l’étape suivante.

Etape 2 : Remplacer les crises de boulimie

Cette étape consiste à évincer tes crises par une activité plus saine.

Je vais donc te présenter deux options :

  • La première est une liste des différentes activités que tu pourrais mettre en place, dès que tu commences à sentir les sensations, pensées et émotions qui te poussent à te tourner vers la nourriture (cf. étape 1)
  • La seconde est un exercice d’autohypnose pour t’aider à ne plus faire de crises de boulimie.

Option n° 1 : Pratiquer une activité stimulante

Le but ici est de faire une activité qui est inconciliable avec une crise.

La liste ci-dessous n’est, bien entendu, pas limitative :

  • Téléphoner à une amie
  • Écrire tes émotions dans un journal
  • Écouter de la musique
  • Prendre un bain
  • Aller se promener
  • Faire du vélo
  • Dessiner
  • Peindre
  • Faire du coloriage
  • Faire de la relaxation ou de la méditation

Option n° 2 : Faire de l’autohypnose

Au préalable, si tu ne sais pas ce qu’est l’autohypnose, une petite explication s’impose ^^ .

Comme son nom l’indique, l’autohypnose consiste à se mettre soi-même dans un état hypnotique. Sache que cet état est avant tout un état naturel .

L’objectif de l’autohypnose est de résoudre un problème grâce à ton inconscient soit une partie de toi qui comprend toutes tes compétences, expériences, apprentissages etc.

1 – Préparation

Avant de commencer ta séance d’autohypnose, assure-toi de n’avoir aucune urgence à traiter dans les minutes qui vont suivre (Plat sur le feu, enfant à chercher à l’école, rdv téléphonique important etc.)

Puis, isole-toi dans une pièce à l’abri du bruit et installe-toi confortablement sur une chaise ou un fauteuil.

Ensuite, concentre-toi sur ton objectif qui est d’éviter tes crises de boulimie.

2 – L’ induction ou l’entrée en état d’hypnose

Cette étape consiste à entrer en état d’hypnose.

Rassure-toi, l’état d’hypnose est un état naturel où tu restes consciente de tes faits et gestes.
Dans le jargon, l’état d’hypnose est défini comme un état de conscience modifié.

Autrement dit, tu es à mi-chemin entre le sommeil et l’éveil.

Pour ce faire, il convient tout d’abord de te focaliser sur quatre éléments visuelle, auditive ou kinesthésique (ci-après VAK) que tu ressens à l’instant T.

Par exemple : la température de la pièce sur ta peau, le contact de tes pieds sur le sol, le bruit environnant etc.

Et, sur une sensation mentale. Comme la décontraction, l’apaisement etc.

Il convient ensuite de te focaliser sur trois sensations VAK et deux sensations mentales.

Puis, deux sensations VAK et trois sensations mentales.

Enfin, une sensation VAK et 4 sensations mentales.

Voici un exemple d’induction hypnotique que tu peux reprendre si tu le souhaites :

Les pieds ancrés sur le sol, je peux sentir le contact de mon bassin et de mes cuisses sur la chaise.

Je perçois le rythme de ma respiration, et à chacune de mes inspirations et expirations, je sens petit à petit mes muscles se détendre.

J’entends le bruit qui m’entoure.

Alors que mon ouïe tente d’accueillir ces sons particuliers, je sens la température ambiante touchée ma peau et apprécier la qualité de l’air que je respire.

Ce qui me permets de me relaxer et d’affectionner cette sensation de bien-être s installée profondément en moi.

De telle façon que je peux percevoir et écouter le rythme subtil de ma respiration.

Et de plus en plus, je sens mon corps se décontracter et se détendre. Ce qui me permets d’apprécier davantage cette sensation de confort grandir en moi.

Pendant que je ressens le poids léger de mon corps sur la chaise, je continue à explorer cette agréable sensation grandir en moi.

De telle sorte que je vais entrer en contact avec des sentiments de bien-être et d’harmonie me permettant de commencer mon voyage intérieur.

3 – L’ approfondissement de l’état d’hypnose

Comme son nom l’indique, l’approfondissement est l’étape qui va permettre d’intensifier ton état d’hypnose et favoriser le travail thérapeutique.

Pour ce faire, visualise un lieu agréable où tu te sens bien.

Puis, identifie les sensations de bien être que te procure ce lieu.

Visualise ensuite un escalier face à toi qui va te permettre d’accéder à lieu.

Commence à descendre cet escalier. Plus tu descends les marches plus tu ressens les sensations de bien-être.

Une fois arrivée dans ce lieu agréable, profite de cet état hypnotique et commence ton travail intérieur.

Voici un exemple d’approfondissement :

Je laisse venir à moi l’image d’un lieu agréable peu importe que ce lieu existe ou pas.

Et, je contemple les couleurs et les détails de ce lieu et apprécie le contact de la température environnante sur ma peau. 

Je ressens les sensations de plaisir que me procure ce lieu. Ce qui me permets d’être détendue et relaxée.

Parce que ces sensations particulières grandissent en moi, je me sens de mieux en mieux.

Je laisse venir à moi l’image d’un escalier. Et lorsque je me sens prête, je descends lentement chaque marche.

A chaque marche, j’avance progressivement vers ce lieu si agréable et entre de plus en plus profondément dans un état de relaxation. Au fil de cette avancée, je m’autorise à apprécier complètement cet état particulier et la laisser s’installer confortablement en moi de plus en plus et de mieux en mieux.

Alors que je franchis la dernière marche, j’apprécie intensément cette état et laisse mon inconscient accéder à mes ressources, potentialités et apprentissages.

4 – Déclencher les fusibles

Avant de commencer le travail, tu peux mettre en place des garde-fous ou fusibles dans le jargon.
Cela consiste à poser un cadre à cette expérience hypnotique avec ton inconscient pour vivre une expérience agréable.

Exemple :

“Inconscient, tu ne vas me faire sentir que des sensations joyeuses et positives.”

5 – Le travail intérieur

Il s’agit là de la phase thérapeutique.

Tout d’abord, il convient de recourir à différents outils comme la visualisation positive.

Voici un exemple de visualisation que tu peux reprendre :

Je peux me visualiser dans ma cuisine, et observer la sérénité sur mon visage en présence de la nourriture à portée de main.

 Je me porte merveilleusement bien à l’idée d’avoir repris le pouvoir sur mon alimentation.

L’envie de dévorer tous les aliments à ma disposition est un lointain souvenir. Je me sens plus forte et plus puissante que mes pulsions alimentaires.

Chaque jour, je m’en libère de mieux en mieux et je sens de plus en plus apaisée en toutes circonstances.

Je quitte la cuisine avec la fierté de ne pas avoir céder à ma crise de boulimie. »

Demande ensuite à ton inconscient d’opérer à son rythme les changements nécessaires pour que tu atteignes ce résultat.

Enfin, remercie-le pour l’aide précieuse qu’il t’apporte dans l’atteinte de ton objectif qui est d’éviter les crises de boulimie.

6 – Sortie de l’état d’hypnose

Reviens à ton rythme à tes sensations habituelles et reprends conscience de ton environnement et, ce qui t’entoure.

Les grands changements commencent par des petites actions

Je tiens tout d’abord à te féliciter d’être venue à bout de ce (long) article . Mine de rien cela montre ta détermination à vouloir de libérer de tes crises de boulimie.

Ce que tu viens de faire, n’est que le début d’une grande série d’ actions qui vont te conduire à ta nouvelle vie sans boulimie.

Je ne peut que t’inciter à agir concrètement contre ton trouble alimentaire.

Pour commencer, tu peux identifier les éléments déclencheurs de tes crises, comme nous l’avons vu à l’étape n°1.

Je crois en toi .

Aïdi

Pour aller plus loin :

Je t’invite à télécharger mon guide pratique totalement gratuit : 6 étapes pour se libérer de la boulimie.